elfes fée celte médiéval nature fantastique fantaisy art tolkien robin des bois arthur merlin mélusine jeux de rôle costumes game of trone vampire sorciere licorne dragon magie bien etre ecologie légendes cheval antiquité histoire dessin livres films
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Seigfreid & le dragon Fafnir

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeVen 3 Oct - 21:30:23

SIEGFRIED & LE DRAGON FAFNIR



Siegfried est le héros d'une saga islandaise anonyme en prose, Völsungasaga, qui date du treizième-siècle, Ce conte est basé sur les légendes de la vieille culture folklorique scandinave qui survivent dans l'Older Edda (ou Edda poétique) et dans le Younger Edda (ou Edda en prose). L'histoire de Siegfried a servi de source à Wagner, à William Morris et à Tolkien.

La Saga Völsunga commence par l'histoire du héros Sigi, fils mortel d'Odin et combattant valeureux. Son fils est Réric, d'égale valeur mais il ne réussit pas à donner à la reine un fils et héritier. Mais après quelque artifice magique, sa reine donne naissance à Völsung, troisième de la lignée royale. Sa taille et sa force sont impressionnantes, il engendre dix fils et une fille ; les aînés étant Sigmund et Signy, jumeaux de sexe différents.

Par la suite, Sigmund se voit confier par Odin une épée capable de fendre la pierre et de trancher l'acier. Le destin de Sigmund se voit lier à cette épée et, grâce à elle, il acquiert une réputation exceptionnelle.
Pendant ce temps, Signy soeur de Sigumund se marie avec le roi des Goths. Mais pendant les noces Sigmund et ses neuf frères sont capturés et meurt chacun leur tour, dévorés par un loup, mère du roi. Seul Sigmund aidé de Signy survivra.

Signy, obsédée par la vengeance de ses frères, jette un charme sur son frère Sigmund qui ne se brisera qu'une fois sa vengeance achevée. Sous le charme, Sigmund fait l'amour à sa soeur et de cette relation naîtra un enfant : Sinfjolti. A eux deux, Sinfjolti et Sigmund aidé par l'épée d'Odin accomplissent leur vengeance. Signy révèle alors l'union incestueuse dont Sigmund a été "victime" puis se jette dans le brasier.

Bien après, Sigmund revendique le trône de son père, qui l'obtient. Après quelques années de règne, son fils meurt empoisonné. Comme chaque roi, Sigmund part défendre son royaume et au cours d'une bataille, Sigmund frappe de son épée la hampe de la lance tenue par un vieillard, c'est alors que l'épée se brise. Sigmund reconnaît Odin et sait que son destin est achevé. Les ennemis de Sigmund le blessent alors mortellement.

Dans son dernier souffle, Sigmund dit à sa femme de ramasser les tronçons du glaive d'Odin. Car il connaît la prophétie d'après laquelle son fils obtiendra, grâce à l'épée reforgée, une récompense comme jamais mortel n'en a reçu. Maintenant sans roi, la reine part se réfugier à la cour des Danois et donne naissance à un fils, Siegfried.

Dans ce royaume travaille un maître forgeron, Regin. Doté d'un grand savoir, et à la surprise de tous puisque très secret, Regin prend Siegfried sous sa protection pour son apprentissage. Au cours d'un de ces voyages solitaires dont il avait l'habitude, Siegfried rencontra un vieil homme vêtu d'une cape et portant chapeau mou à large bord, il marchait en s'appuyant sur une lance en guise de canne. Le vieillard était borgne et son visage couvert d'une barbe grise. A Siegfried, il dit de choisir dans la prairie, au sein de son troupeau, le cheval qui lui plairait. Siegfried choisit Grani, ce qui veut dire Robe Grise, rapide comme le vif-argent. Son père est Sleipnir, étalon à six pattes d'Asgard.

Peu après cet épisode, Regin fit appeler le jeune homme et lui dit qu'il était temps qu'il lui raconte une histoire. Il lui tint alors ce discours :
"Jeune Siegfried, il est temps maintenant de me connaître pour celui que je suis. Ma naissance est d'une époque où le Temps n'existait pas. Les Géants et les Nains possédaient une force terrible; quant aux Magiciens, ils avaient un tel pouvoir que les Dieux eux-mêmes craignaient de traverser seuls les terres de Midgard".

"A cette époque, trois Dieux - Odin, Honi et Loki - vécurent une aventure à Midgard. Au cours d'une pêche, ils prirent un saumon et une loutre. Ils emmenèrent le saumon pour sa viande et écorchèrent la louttre pour sa peau puis arrivèrent à la demeure du Magicien Hreidmar, juste au-dessus de la forêt appelée Mirkwood. Les trois Dieux offrirent la peau de louttre à leur hôte. Sur le champ, le Magicien entra dans une colère noire. La louttre que les Dieux avaient écorché était la louttre sous la forme de laquelle le fils préféré de Hreidmar aimait à se transformer. Immédiatement, le Magicien fit enchaîner les Dieux par son puissant fils Fafnir à l'aide de la chaîne que Regin avait forgé, les Dieux devaient être ensuite mis à mort."

"Odin prit alors la parole et réussit à convaincre qu'ils avaient tué la louttre sans savoir qui il était. En prix de cette erreur, Odin convainquit le Magicien qu'une indemnité bien mesurée devrait réussir à réparer le tort. Le Roi-Magicien fixa ses conditions : "Remplissez d'or la peau de mon fils ; ensuite, crouvez-là d'or; quand ce sera fait, je vous accorderai la vie sauve."

"Loki, ayant lancé la pierre fatale fut désigné pour rapporter l'indemnité. Sur le conseil d'Odin, Loki alla trouver le Nain Andvari puis lui prit son magot d'or. Il arracha également un Anneau au doigt d'Andvari. Cet Anneau était Andvarinaut, nom qui signifie "Destin d'Andvar", car il a le pouvoir d'engendrer l'or.

Si bien que le trésor d'Andvari ne faisait que grossir. A lui seul, cet anneau avait autant de valeur que tout le reste. Le Nain poussait des cris perçants: "Je te maudis pour ce que tu viens de faire. Cette malédiction, l'anneau et le trésor qu'il crée la maintiendront à jamais. Tous ceux qui posséderont, même un moment, l'anneau et son trésor seront détruits".

"Loki s'en revint donc payer prix de la libération de ses amis et donna le magot d'or ainsi que l'Anneau à Hreidmar. Comme promis, Fafnir libéra les trois Dieux."

"Le Roi-Magicien enferma le trésor dans de grands coffres de chêne, sauf Andvarinaut qu'il enfila à son doigt. La vie sembla se poursuivre comme auparavant mais l'Anneau ne cessait de tourmenter Fafnir. Advint la nuit où Fafnir coupa la gorge de son père pendant son sommeil et s'appropria l'Anneau. Depuis, Fafnir est dominé par la haine et il a mis à mort tous ceux qui ont croisé sa route. Son apparence est à l'image de son démon intérieur. Il a pris forme de serpent, de monstreux dragon, le plus impressionnant de cette époque et même de tous les temps."

Telle est mon histoire conclue Regin. Tue-moi ce dragon et venge mon père. Tu en recueilleras une immense gloire. Aide-moi à à récupérer ma part de l'indemnité et tu obtiendras, en plus de la gloire, l'anneau d'Andvari et la majeure partie du trésor.

Pour cette mission, Siegfried alla demander à sa mère les tronçons de la lame paternelle offerte par Odin. Puis Regin se mit à l'ouvrage et après quelque temps les runes sacrées retrouvèrent leur brillant; les anneaux gravés sur l'acier luisaient à nouveau comme argent, les flammes de la lumière du jour naissaient sur les tranchants de la lame. La lame retrouva tous ses pouvoirs. Gram, c'est son nom, était reforgée.

Siegfried se mit alors en route pour affronter Fafnir. Celui-ci ne quittait son lit qu'une fois par jour pour se désaltérer dans une mare immonde. Siegfried creusa un trou et perfora de sa lame le ventre du dragon jusqu'à son coeur. Ainsi mourut Fafnir, le plus grand de tous les dragons.

Regin demanda ensuite à Siegfried d'ôter le coeur du dragon et de le faire rôtir, il affirmait qu'après l'avoir mangé, lui seul aurait à supporter la responsabilité du meurtre de Fafnir. Siegfried fit comme Regin lui demandait, il fit rôtir le coeur mais pendannt la cuisson, le sang de Fafnir se répandit sur ses doigts. Siegfried se lécha les doigts et s'apeçut à sa grande surprise qu'il pouvait comprendre désormais le langage des oiseaux.

Les oiseaux fort attristés, prévinrent Siegfried du complot de Regin qui projettait de le tuer et de s'emparer de son cheval et son épée. Juste à ce moment Regin attaqua mais Siegfried, d'un coup d'épée subit, fit sauter la tête de Regin de ses épaules.

Siegfried emmena ensuite le trésor et l'Anneau et partit vers le pays des Francs mais seulement après avoir vécu de nouvelles aventures et vengé son père.

De nuit, après une longue chevauchée, Siegfried escalada une crête couronnée de flammes nommée Hindfell. Au centre du brasier, il aperçut une tour de pierre. Siegfried monté sur Grani traversa sans coup férir le rideau de flammes et là, au coeur de la tour, reposait le cerceuil d'une guerrière. C'était Brunehilde, autrefois Walkyrie, bannie par Odin pour avoir osé défier sa volonté. Brunehilde condammée à attendre qu'un héros de grand courage vienne la réveiller, ce que Siegfried accomplit. Brunehilde vit alors quel héros il était et pensa trouver son égal en courage et son maître en sagesse.

Siegfried devient son amant et sut qu'il devait aller trouver, dans les combats et les guerres, la réputation immortelle et la gloire dignes de sa bien-aimée. Pour lui prouver son amour et en guise de promesse de retour, Siegfried glissa au doigt de Brunehilde l'anneau d'Andvari. Siegfried, profitant du sommeil de sa belle enfourcha Grani et sortit du cercle de feu.

Brunehilde s'éveillant n'eut aucun souvenir mais la présence de l'Anneau lui fit dire qu'elle devait attendre la venue d'un guerrier assez valeureux pour franchir le cercle de flammes. A cet homme, et à aucun autre, elle ferait le serment de mariage.

A la suite de bien des aventures, Siegfried pénétra dans les pays rhénans gouvernés par le roi des Nibelungs. Siegfried, le fameux héros tueur de dragon fut acceuilli avec tous les honneurs et obtint l'amitié du monarque. Les trois fils du roi - Gunnar, Hogni et Guttorm - devinrent intimes de Siegfried et se prêtèrent d'indéfectibles serments de loyauté et d'amitié.

Grimhild, mère de Gunnar, reine des Nibelungs vit qu'un grand profit irait à sa maison si sa fille Gudrun prenait pour mari Siegfried. Malheureusement, même si l'amour de Gudrun est acquit à Siegfried, l'inverse n'était pas de mise. Mais Grimhild est également sorcière et prépara un breuvage qu'elle fit boire à Siegfried. Le héros oublia Brunehilde et tourna son amour vers Gudrun la Belle.

Le mariage ne tarda pas et les Nibelungs accrurent leur puissance par ce mariage bienheureux. Dans le même temps, une rumeur ne cessait de s'accroître à la cour. Elle faisait état d'une vierge étrange et belle, retenue captive sur une montagne par un cercle de feu.

Gunnar éprouva le désir de gagner cette vierge et d'en faire sa reine. Sur la demande de Grimhild, Siegfried accompagna son frère de sang. Avant de partir, Grimhild donna à Siegfried un philtre qui lui permettrait, si besoin était, de changer d'apparence et de devenir Gunnar. Les deux compagnons parvinrent à Hindfell.

Pour franchir le cercle de flammes Gunnar éperonnait sa monture mais l'animal faillit à toutes les tentatives. Siegfried lui prêta Grani mais en pure perte. Alors Siegfried, après avoir avalé le philtre entreprit lui-même de rejoindre le centre de la montagne. Puis Brunehilde et Siegfried se firent face, sans se reconnaître. "- Qui donc êtes-vous? -Mon nom est Gunnar de Nibelung et je vous réclame pour ma reine".

Le prix de la main de Brunehilde était le franchissement des flammes, le prix est payé, Brunehilde ne pouvait refuser le héros qui l'avait accompli. Brunehilde tendit l'anneau d'or d'Andvari et ils passèrent trois nuits dans la Tour. Mais Siegfried, pour ne pas trahir Gunnar et ne pas déshonnorer sa fiancée posa, à chacune des nuits, sa longue épée entre eux. Plus tard, quand on célèbra le mariage de Brunehilde et de Gunnar, ce fut le vrai Gunnar qui honora Brunehilde à l'autel puis à la couche nuptiale. Les jours passèrent et l'entente régnait au pays des Nibelungs.

Mais un jour alors que les deux reines se baignaient dans un fleuve, elles en vinrent à se disputer. Brunehilde vanta Gunnar comme supérieur à Siegfried, ne serait-ce que parce qu'il avait accompli l'exploit de franchir le cercle de feu.

Mais à cette argument, Gudrun n'avait que faire car Siegfried lui avait révélé toute la vérité, et avec une certaine cruauté Gudrun exhiba l'anneau d'or d'Andavi que portait sa main, preuve de la supercherie. Courroucée par cet affront, Brunehilde alla trouver Gunnar et ses frères et railla son mari en le qualifiant de couard avant de le menacer et de lui dire que chaque homme pense que Gunnar a gagné sa femme par l'entreprise d'un autre et que non seulement content de se faire passer.pour Gudrun, Siegfried a également pris place dans la couche nuptiale de l'ancienne Walkyrie.

Le jeune Guttorm, l'esprit enflammé par ses deux frères se résolut à tuer Siegfried. Dans la nuit, il enfonça son épée dans l'homme qui le traversa. Siegfried, dans un dernier geste, lanca violemment son épée terrifiante vers Guttorm qui s'enfuyait. Celui-ci fut coupé en deux.

Brunehilde riait de sa vengeance. Mais sans joie. Le remords fit son oeuvre et Brunehilde se suicida avec l'épée de Siegfried. Unie dans la mort à défaut de la vie. Siegfried et Brunehilded furent couchés côte à côte et les flammes de leur bucher funèbre eurent tôt fait de les consummer. Ainsi s'acheva l'existence de Siegfried tueur du dragon.

Mais Andvarinaut est toujours au doigt de Gudrun, la malédiction d'Andvari n'est pas terminée. Quant au trésor du Nain, Gunnar et Hogni s'en sont emparé et l'ont caché dans le Rhin, à l'intérieur d'une caverne connue d'eux seuls.

Gudrun, remplie d'horreur par la mort de Siegfried et le rôle de ses frères dans son assassinat entreprit elle aussi de se venger. Mais sa sorcière de mère veille et une fois encore, administra un philtre à l'insu de Gudrun qui eut pour effet de l'emplir d'amour et de fidelité à l'égard de ses frères. Gunnar et Hogni sont toujours occupés à accroître leur pouvoir et dans ce sens donnèrent leur soeur en mariage à Atli, roi des Huns. Atli puissant monarque, mais néanmoins plein de cupidité a entendu parler du trésor de Siegfried...

Le temps passa et Gudrun donna deux fils à Atli. Puis Atli se décida à passer à l'action et invita Gunnar, Hogni et tous les seigneurs Nibelungs à une fête en ses murs.

C'est là que tous les Nibelungs furent mis à mort à la seule exception de Gunnar et Hogni, maitenus en vie pour avouer l'endroit où se cache le trésor. Les deux frères jurèrent, sur la foi d'un serment échangé entre eux, de ne jamais révéler l'emplacement de la caverne. Gunnar est d'autant plus résolu à ne dire mot que la tête tranchée de Hogni est tantôt amené à lui. "- Il n'y a jamais eu de serment. Je craignais seulement qu'Hogni pût troquer le trésor contre sa vie. Maintenant que vous avez tué mon frère, je suis seul à connaître le secret ! Jamais je ne le révélerai."

Saisi d'un accès de rage, Atli mit fin à la vie de Gunnar.

Gudrun, une nouvelle fois, eut le coeur empli de douleur par la mort de ses frères. Et cette fois, aucun philtre ne pouvait plus s'opposer. Décidée qu'elle était à venger l'anéantissement des Nibelungs. Atli fêta dans son palais sa victoire sur les Nibelungs. Gudrun commença par tuer ses deux enfants, fils d'Atli puis mêla leur sang au vin, embrocha et rôtit leurs entrailles et donna le tout à son mari. La nuit tombée, elle coupa la gorge du roi hun dans son sommeil et termina par mettre le feu au grand palais. S'ensuivit le plus grand bûcher jamais vu au pays des Huns, cause de la mort de tous les soldats et vassaux d'Atli.

Peu à peu, la folie envahit Gudrun tant ses souvenirs étaient effroyables. Elle quitta le pays, et se dirigea vers une haute falaise, ou elle contempla l'anneau rayonnant d'Andvari pour une dernière fois puis, en soupirant, emplit de pierres sa tunique et sauta dans la mer.
Revenir en haut Aller en bas
laurëlossëa
Licorne Ailée
Licorne Ailée
laurëlossëa

Féminin
Nombre de messages : 702
Age : 61
Demeure : Au pied de l'arbre vénéré ou scintille le cristal de la source
Date d'inscription : 14/09/2006

Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeVen 3 Oct - 23:42:47

Quelle magnifique et terrible histoire. Crying or Very sad Je la connaissais déjà mais j'ai eu grand plaisir à replonger dedans.
Merci beaucoup Siegfreid pour avoir pris la peine de la retranscrire ici viking Wink

sunny sunny sunny
Revenir en haut Aller en bas
Galshan
La Fée Facétieuse
La Fée Facétieuse
Galshan

Féminin
Nombre de messages : 2036
Age : 28
Demeure : Sherwood
Date d'inscription : 25/02/2005

Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeMer 8 Oct - 16:03:15

C'est donc là la véritable histoire ?

J'avais déjà vu 'L'anneau sacré' et, bien que l'histoire soit à peu près la même, il y a néanmoins beaucoup trop de différences... Ma soeur est également allée voir l'opéra 'Siegfried' et m'en a fait un résumé, l'histoire est la même mais, toujours pareille, il y a beaucoup trop de différences.

Peut-être qu'aucune de ces histoires n'est véritablement la bonne, si ? Avec le temps, elle a pu beaucoup changer... Dans tous les cas, j'en ai trois versions, et trois versions dissemblables bien que les mêmes (vous comprenez ce que je veux dire là ? XD). Du coup, je ne sais laquelle croire.

De quelle source tiens-tu la tienne ?
Revenir en haut Aller en bas
Doune
Gardienne de la Cascade
Gardienne de la Cascade
Doune

Féminin
Nombre de messages : 3314
Age : 31
Demeure : Citée ardente
Date d'inscription : 09/12/2006

Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeMer 8 Oct - 17:33:43

Merci de t'être donné cette peine Sigfreid.

pour répondre a ton interrogation galshan je me permet un petit cour d'histoire du théatre.

La narration théâtrale est née avec la prise de conscience d'un autre monde. Donc des prémices de la religion, étape que l'on appel le chamanisme. De ses chefs de culte (auto proclamé pour la plupart) est née une volonté de transmettre cette compréhension du monde qui les entour. Mais au niveau de l'homme de Néandertal... et ça a donné une forme de théâtre... Comme les contes et légendes découlent de la tradition orale... il a évoluer avec l'homme et son milieux. D'où découle une théorie selon la quel les dragons seraient en fait les dinosaures ( et dragon serait le vrai nom de ceux ci ^^)...et aussi le changement de ce comte selon les régions.

Si une bonne partie de nos contes ne bougent pas , c'est parce que les frères grims ont fait un recueil de tout les contes "européen". Ils ont gardé les grandes lignes en comparent les semblables... Puis on a gardé leur travail comme référence.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.everyoneweb.com/Devaya/
Invité
Invité



Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeMer 8 Oct - 21:20:43

Oui effectivement, il y a plusieurs versions. Il y a en tout 8 versions reconnues sur la légende de Seigfreid, et celle-ci est une version parmis tant d'autres, mais à vrai dire je ne sais pas laquelle est l'originale.
Peut-etre qu'aux fil du temps il y a eu des versions différentes, mais dans tous les cas les 8 versions existent depuis longtemps déjà. Je pense qu'il faut surtout retenir le message de cette légendes. Les contes sont encore différents des légendes.
Les légendes sont issus d'histoires vrais, tandis que les contes sont purements inventés.
D'ailleur tu raison Eliwen, les frères Grimm sont un trés bon exemple en matière de contes, ils véhiculent des messages. Et les vrais contes de Grimm sont pour adulte, ce ne sont pas des contes pour enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Galshan
La Fée Facétieuse
La Fée Facétieuse
Galshan

Féminin
Nombre de messages : 2036
Age : 28
Demeure : Sherwood
Date d'inscription : 25/02/2005

Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeJeu 9 Oct - 18:17:12

Je connais la différence entre une légende et un conte. Pour les frères Grimm il me semble (c'est possible que je me trompe) que leurs contes étaient effectivement pour adultes mais, comme c'est l'enfant qui devien adulte, il faut apprendre étant enfant, donc ils ont écrit d'une facon qui soit quand même pour les enfants. Un peu comme LaFontaine en France. Je me souviens que quand je lisais un conte des frères grimm, je m'amusais tout en me disant 'donc faut pas faire ca et faut pas etre comme ca' même si je comprenais pas la totalité de ce qu'il y a à comprendre. Je reste donc persuadée que c'est aussi bien pour les enfants que pour les adultes (si jme trompe dites le moi please ^^).

Alors, pour en revenir à ce conte-ci (lol), comme il n'a pas été retranscrit, on a gardé différentes versions ? Toutes délivrant le même message (normal quoi). Donc on ne sait pas trop quelle version est la bonne... OK.

Mais je suis perdue, c'est un conte ou une légende ? Si j'ai bien compris, d'après Eliwen il s'agit d'un conte et d'après Seigfreid une légende... Ou alors j'ai tout faux XD Désolée dans ce cas lol (il faut m'expliquer longtemps mais je comprends vite ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Doune
Gardienne de la Cascade
Gardienne de la Cascade
Doune

Féminin
Nombre de messages : 3314
Age : 31
Demeure : Citée ardente
Date d'inscription : 09/12/2006

Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeJeu 9 Oct - 19:38:20

tu fais bien de le relevé galshan

voici des extrais wikipédia sur la question:

Citation :
Une légende (de l'adjectif verbal latin legenda, « qui doit être lu ») est, à l’origine, un récit mis par écrit pour être lu publiquement : dans les monastères, pendant les repas ; dans les églises, pour l’édification des fidèles lors de la fête d’un saint. Dans ce genre de littérature, la précision historique passe au second plan par rapport à l’intention spirituelle (dans l'hagiographie) ou morale.

C'est un récit fictif le plus souvent d'origine orale faisant appel au merveilleux. Une légende, à la différence d'un conte, est fortement liée à un élément clé, ceci est précisé et se concentre sur un lieu, un objet, un personnage une histoire, etc. C'est une évolution vulgarisée du mythe dans sa fonction fondatrice d'une culture commune. C'est le cas de la légende de la bête du Gévaudan, de la sardine qui boucha le port de Marseille ou encore des nombreuses légendes mettant en scène un pont du diable.

Dans la langue courante, le mot légende est également devenu synonyme de mythe, et renvoie à quelque chose dont l'existence n'a jamais pu être prouvée (la légende des sirènes, à titre d'exemple).

Citation :

Le conte oral ou conte populaire

Le conte fait partie de la famille de la littérature orale. Celle-ci englobe aussi l'épopée, la saga, le mythe, la devinette, le cas, la légende, le proverbe, la comptine, le mémorat, la fable, la légende urbaine etc.

Le conte est un genre narratif, contrairement à la devinette, au proverbe ou à la comptine. Il est aussi délibérément fictif, contrairement à la légende, la saga et le mémorat qui se présentent comme véridiques. Contrairement au mythe, le conte de tradition orale a pour cadre narratif principal le monde des hommes, même si celui-ci, notamment dans le cas des contes merveilleux, est souvent en contact avec l'autre monde des morts, des esprits, du petit peuple ou des dieux.

Si on le considère en tant qu'art du spectacle[4], le conte peut être associé aux arts du théâtre, du spoken word, du chant, de la palabre ou du boniment.


Le conte écrit ou conte littéraire


Nombre de contes oraux ont fait l'objet, depuis la Renaissance, de réécritures par des écrivains. Ces réécritures figent le conte oral, et le transforment en genre littéraire écrit. Cela amène les écrivains à se détacher peu à peu des sujets, des structures et des thèmes des contes oraux dont ils s'inspirent. Ainsi, si certains contes de Perrault, ou de Straparole avant lui, sont encore relativement proches du conte populaire, d'autres contes comme La Reine des Neiges de Hans Christian Andersen ou bien Ligeia d'Edgar Allan Poe en sont au contraire assez éloignés.


Le conte est tout d'abord un récit, de même que le roman, la biographie, etc., dans lequel les actions sont racontées, et non représentées comme au théâtre. Ensuite, c'est un récit court, de même que la nouvelle, mais a contrario du roman ou de l'épopée. Contrairement à la nouvelle qui souvent s'autorise des pauses narratives, des longueurs de description, etc., le conte est un récit court mais relativement rapide, dans lequel l'action mène bon train, sans que cela interdise néanmoins descriptions et redites. Le conte supporte néanmoins mal l'analepse, et préfère, contrairement à la nouvelle, les structures narratives linéaires, sans retour en arrière. Ensuite, le conte littéraire, de même que le conte populaire, se présente délibérément comme fictif. C'est une histoire inventée, de même que la nouvelle, au contraire de l'anecdote ou de l'historiette. Ces dernières, même fausses, se présentent comme vraies. Le conte se présente de fait comme faux. Ce en quoi, enfin, il a un statut d'imagination et de fantaisie que connaît peu la nouvelle. La nouvelle se présente comme fictive, mais plausible, alors que le conte se présente comme fictif, mais invraisemblable.

De ce caractère fantaisiste et invraisemblable, on réduit souvent le conte littéraire au conte merveilleux. Pourtant, cette forme littéraire peut adopter des contenus très diversifiés; elle ne vise pas nécessairement à émerveiller le lecteur, mais peut également vouloir l'édifier (conte moral, allégorique), l'effrayer (conte d'horreur), l'amuser (conte satirique), etc.

donc c'est plus sigfried qui a raison
Revenir en haut Aller en bas
http://www.everyoneweb.com/Devaya/
Invité
Invité



Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeJeu 9 Oct - 20:20:33

Oui c'est une légende.

Pour répondre à Galshan, c'est vrai les contes en général sont pour enfants et aussi pour adulte biensur.
Ce que je disais pour les contes de Grimm, c'est que les vrais vesions sont assez sombres. C'est un peu comme un film déconseillé à moins de 12 ans, où à moins de 16 ans.
Car par exemple la vrai version de "Blanche-neige et les 7 nains" c'est pas du Walt Disney! Loins de là!
Par exemple tu ne ferais pas voir en tant que film "le labyrinthe de Pan" à des enfants, parce qu'il y a des horreurs.
Et bien la véritable histoire de Blanche-neige, c'est pareil. La vrai histoire de Blanche-neige en tant que livre est fortement déconseillé aux enfants.

Voilà c'est ça que j'ai voulu dire, sinon effectivement que les beaux contes de fées sont pour les enfants, pour les adultes aussi bien-entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Doune
Gardienne de la Cascade
Gardienne de la Cascade
Doune

Féminin
Nombre de messages : 3314
Age : 31
Demeure : Citée ardente
Date d'inscription : 09/12/2006

Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeJeu 9 Oct - 20:31:03

Et puis il y a une question d'éducation...

on couve beaucoup plus les enfants a présent. a cette époque la on mariai une enfant de 12 ans... donc la prise de conscience de la vie de la mort des danger de celle ci... était plus franche et crue.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.everyoneweb.com/Devaya/
Invité
Invité



Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeJeu 9 Oct - 20:35:54

Oui tout à fait, c'est pour celà qu'à notre époque ils ont transformé les contes version plus soft.
Revenir en haut Aller en bas
Galshan
La Fée Facétieuse
La Fée Facétieuse
Galshan

Féminin
Nombre de messages : 2036
Age : 28
Demeure : Sherwood
Date d'inscription : 25/02/2005

Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeVen 10 Oct - 17:41:47

Ok ! Merci beaucoup Very Happy Je comprends mieux maintenant ^^ (jme coucherai moins bete ce soir (j'allais dire moins tard... nan nan je suis pas fatiguée XD)).

Ahhh oui, j'avais déjà entendu parler de cette histoire moins 'walt disney' des frères grimm... J'ai lu un manga qui apparemment, retracait fidèlement les contes des frères grimm (je sais plus comment il s'appelait...) et c'est vrai que c'est pas vraiment un truc à faire lire aux enfants (beuh) et le film 'Les Frères Grimm' n'est pas non plus pour les enfants XD

Mais du coup j'ai une autre question (je sais je suis pas pénible) : pourquoi couve-t-on plus aujourd'hui les enfants qu'autrefois ? Ca les conduit à devenir insupportable et irrespectueux des autres, non ? (du moins, en général). Ou alors là jraconte VRAIMENT n'importe quoi xD
Ce que je veux dire, c'est que, comme on les couve plus, ils ont plus tendance à faire leur crise d'ados. Il parait qu'avant, vu que les gens travaillaient et c'est tout, il n'y avait pas cette fameuse crise d'ado...
Ce qui ne veut absolument pas dire que je suis pour les anciennes méthodes niveau pédagogique ! Mais n'a-t-on pas trop forcé la dose vers l'autre sens ? (vous comprenez ?)

Désolée de m'éloigner beaucoup du sujet de départ... Mais je suis comme les enfants : jme lasse pas des questions (mdrrrr ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitimeVen 10 Oct - 19:55:24

Non tu trompe, il y a toujours eu une crise d'ados. Mais biensur les ados murissaient plus vite autrefois dans certains sens du moins. Et c'est d'une autre manière, qu'ils exprimaient leurs crises d'ados.
La nature est toujour là d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Seigfreid & le dragon Fafnir Empty
MessageSujet: Re: Seigfreid & le dragon Fafnir   Seigfreid & le dragon Fafnir I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Seigfreid & le dragon Fafnir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seigfreid & le dragon Fafnir
» Fafnir se présente
» dragon
» Dragon Ball Raging Blast / PS3
» [Humbert Frantz] - tigre dragon 1/72

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~~*La Cascade Enchantée*~~ :: ~~*Rêves*~~ :: Les Grimoires de la Terre du Milieu :: La Bibliothèque de Tolkien-
Sauter vers: