elfes fée celte médiéval nature fantastique fantaisy art tolkien robin des bois arthur merlin mélusine jeux de rôle costumes game of trone vampire sorciere licorne dragon magie bien etre ecologie légendes cheval antiquité histoire dessin livres films
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 lexique du vetement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Doune
Gardienne de la Cascade
Gardienne de la Cascade


Féminin
Nombre de messages : 3312
Age : 28
Demeure : Citée ardente
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: lexique du vetement   Ven 11 Fév - 20:44:12

Je n'égalerai pas la notre très cher aldarvarno, mais c'est un début...

Attention également : les costumes (les formes notamment) évoluent au cours des années, des régions etc. Donc ce lexique est à titre indicatif, pensez à aller chercher plus loin et à ne pas appliquer au pied de la lettre !

Vêtements médiévaux :

Aube, n.f.
Sorte de tunique blanche à manches qui était portée dans les premiers siècles du moyen-âge par les clercs et les laïques mais qui dès le 13e siècle, devint populaire et ne fut plus considérée que comme vêtement sacerdotal.

Aumonière, n.f.
(aumosnière, aumoisnière, aloière)

Petit sac avec coulants (cordons) ou fermoirs, qu'on pendait à la ceinture et qui contenait les objets dont on se servaient habituellement, comme de la monnaie.

Aumusse, n.f. (aumuce, almuche)

Mantelet descendant jusqu'au bas des reins muni d'un capuchon, originellement destinée à préserver les religieux du froid pendant les offices de nuit.

Bache, n.f. (bacle)

Caleçon à l'usage des femmes, utilisé également par les hommes à partir du 14e siècle.

Bliaut, n. m. (blialt, blial)

Robe de dessus, longue, tenant à un justaucorps ou corset, commun aux hommes et aux femme et en usage du 11e au 13e siècle.

Bourse, n.f. (bourcète)

Petit sac destiné à contenir des pièces d'argent.

Bouton, n.m. (besan, boutoncel, boutonchiax)

Au début composé de pâte de verre dans laquelle des bielles de fils de fer y sont pris, par la suite de cuivre fondu, aussi d'os et d'ivoire. Souvent attaché aux manches serrées ou col des chemisettes,

Braies, n.f. (braieul, braiol, braiel, brayer, braoillier)

Caleçon plus ou moins long ou serré, porté par toutes les classes, autant gentilshommes que vilains. À une époque reculée, les braies furent portées en même temps que les chausses. Les chausses étaient maintenues sous les braies avec les jarretières et les braies n'allaient pas jusqu'aux pieds, d'où l'utilité des chausses. Éventuellement, les braies prirent le nom de haut-de-chausses et les chausses devinrent les bas-de-chausses et d'où, de nos jours, le mot «bas».

Bulle, n.f.

Bijou qu'on suspendait au cou qui contenait des reliques ou un bref (ex: nom de la vierge), souvent attaché au cou des enfants pour les protéger des accidents ou des maléfices.

Cagoule, n.f. (coule, cuculle)

Sorte de surtout sans manches, assez ample, garni d'un capuchon et descendant habituellement aux genoux.

Cape, n.f. (chape, pluvial, planète)

Manteau avec habituellement un capuchon, servant originellement à protéger contre la pluie.

Ceinture, n.f. (cainture, saincture)

Originellement une bande d'étoffe enroulée autour de la taille et servant à retenir la tunique, la ceinture est portée au 12e siècle par les gens du peuple. Au 13e siècle, la ceinture devint une marque honorable, souvent orné de morceaux d'orfèvrerie. La ceinture pouvait alors être en cuir souple, avec des morceaux de métal ou de tissus.

Chapeau, n.m. (capiel, chapel, chapelet, chapiaux, cuvrechef)

Originellement une couronne de métal ou de fleurs et par la suite un couvre-chef pour abriter la tête, variant en forme au cours des siècles.

Chaperon, n.m. (cappron)

Petite cape fermée en entonoir avec une ouverture pour laisser passer le visage, servant originellement à préserver de la pluie et du frimas et qui était facile à enlever.

Chasuble, n.f.

Vêtement sacerdotal, originellement circulaire, percé d'un trou pour y passer la tête. Par la suite, la forme de la chasuble devint plutôt ovale et en entonoir.

Chausses, n.f. pl. (chauces, hueses)

Bas couvrant la jambe et le pied, appelé «chausses semelées» lorsque garnies de semelles de cuir.

Chaussure, n.f. (cause, cordoan, suière, soliers, huesels, houzeaux, estuvaux, galoches, cerboles )

Souliers variés selon le siècle, parfois lacés ou attachés par une boucle, plus ou moins hauts. Souvent constitué d'une peau recouverte de tissus Au début du 14e siècle, la pointe des souliers commença à s'allonger.

Chemise, n.f. (kemise, chainse)

Tunique de dessous, à manches fermées, faites de toile de lin ou de chanvre et parfois de soie, portée plus courte chez les hommes que chez les femmes.

Coiffe, n.f.

Bonnet de toile, de lin ou de soie, juste à la tête que les hommes nobles ou riches bourgeois, portaient sous le chaperon et les gens d'arme sous le heaume.

Col, n.m. (collet, collet de cuir, coirier)

En usage à partir du 14e siècle, le col enveloppe le cou comme un tube, sous la nuque et se termine parfois à la hauteur du menton.

Corset, n.m. - corset d'homme, corset de femme

Habit très ample porté par les hommes et les femmes mais serré à la taille. Également un vêtement de dessous que les dames laçaient sous la robe pour maintenir la taille et la poitrine.

Cotte, n.f. (cote, cotelle, cotelette, cotielle, keutisèle, hérigault, cotte-hardie) - cotte d'homme, cotte de femme

Tunique à manche commune aux hommes et aux femmes de toutes classes, courte ou longue, fendue sur le devant ou sur les côtés, elle est posée immédiatement sur la chemise. La cotte prendra plusieurs forme à travers les siècles.

Couronne, n.f. (corone)

Cercle d'orfévrerie que les nobles posaient sur leur tête. Avant le 16e siècle, il n'y avait aucune distinction entre les couronnes des barons, comtes, marquis, ducs, rois et empereurs.

Couvre-chef, n.m. (cueuvre-chief, queuvre-chief, couvre-chief)

Coiffure de nuit ou de chambre qui devint au 14e siècle, une coiffure d'apparat.

Cucule, n. f.

Vêtement de dessus de la plupart des ordres religieux.

Dalmatique, n.f.

Vêtement sacerdotal de coupe très simple, originellement sans manches, très large, fendu sur le milieu pour passer la tête et tombant jusqu'au pieds devant et derrière, dont les manches furent ajoutées par le pape Sylvestre. Au 14e siècle, la dalmatique est portée par les hommes et les femmes et devient de plus en plus variée et luxueuse.

Escarcelle, n.f. (escharcelle, escacel)

Sacoche utilisée par les pélerins et messagers, à laquelle on joignait souvent un couteau ou une dague.

Esclavine, n.f. (esclavie)

Vêtement en forme de casaque emprunté aux orientaux et que les pélerins ont adoptés à partir du 12e siècle. C'est une espèce de manteau avec capuchon.

Escoffle, n.m.

Vêtement de peau qu'on endossait pour aller en chasse et dont la coupe ressemblait à celle de l'esclavine.

Escoffion, n.m.

Sorte de coussin, couvert d'une résille enrichie de passementerie, de perles, de grains d'or ou de verre, que les femmes portaient sur leur coiffe.

Escoffion à cornes, n.m.

Escoffion avec cornes dont la coiffe est empessée par-dessus et avec une voile flottant par-dessus.

Fond-de-cuve, n.m.

Sorte de par-dessus que portaient les hommes et les femmes et qui était souvent doublé de fourrures. Il se confondait souvent avec la cotte-hardie.

Freiseau, n.m.

Peigne-ornement pour la tête

Froc, n.m.

Vêtement de dessus des religieux (sens large), en particulier une robe longue et large que les bénédictins portaient l´hiver, sur lequel on pouvait endosser la cagoule ou le scapulaire. Souvent en laine, étamine ou camelin, assez grossière mais non lourde.

Ganache, n. f. (garnache, canache)

Robe d'homme de forme particulière qui se mettait par dessus le surcot, portée seulement à partir du 14e siècle. La ganache possède des manche avec ouvertures très large sous les aisselles, sans collet mais dont le passage du cou est accompagné de deux pattes retroussées en haut de la poitrine.

Gant, n.m. (guant)

Importation de Byzance, les gants étaient couramment portés par les hommes et les femmes dès le 12e siècle. Ils étaient en soie, en fourrure, en peau, en cuir, en toile et en laine.

Garde-corps, n.m. [/b$(hargaus, hérigaut)

Habit de dessus particulièrement affecté aux hommes, mais que les femmes portent en voyage. Le garde-corps est une robe longue, fendue par devant vers le bas, avec manches amples et longues qu'on pouvait ne pas passer et qui tombaient librement sur les deux côtés. On les portaient avec le capuchon.

[b]Garnement, n.m.


Utilisé pour désigner les diverses parties d'un vêtement au 13e et 14e siècle.

Gibecière, n.f.

Escarcelle d'une grande dimension portée par les voyageurs, et à laquelle n'est pas attaché le couteau.

Gonelle, n.f. (gonnèle, gonne)

Habillement de dessus porté par les hommes et femmes, c'est une sorte de cape, sans manche, couvrant le cou et munie habituellement d´un capuchon, ouverte par devant. Les gens du peuple utilisaient souvent un carré d'étoffe froncé au cou, avec capuchon.

Gorgière, n.f. (gorgerette)

Fichu de femme, d'étoffe blanche, fine et transparente en usage au 14e siècle, attaché au couvre-chef et qui couvrait le cou, les épaules et pris sous l'encolure de la robe.

Guimpe, n.f.

Voile de toile fine, de lin ou mousseline, qui couvrait une partie de la tête, le cou et les épaules des femmes au 13e et 14e siècle et qui fut conservé plus tard par les religieuses.

Haut-de-chausse, n.m.

Vêtement dérivé des braies, qui est en fait un caleçon plus ou moins ample ou collant, attaché au dessus des hanches et qui ne descend au plus qu'aux genoux.

Hennin, n.m.

Coiffure en forme d'un cornet, recouvert d'un drap d'or, de velours, de satin, de perle et surmontée de joyaux.

Hennin avec voilette, n.m.

Hennin avec un petite voile qui recouvre le le visage complètement.

Heuse, n.f. (house, housiau, huesel, oesse)

Sorte de chaussure en cuir portée avec le vêtement militaire originellement et éventuellement adopté par les voyageurs et les piétons, et la noblesse pour la chasse au 14e siècle.

Hoqueton, n.m. (auqueton)

Vêtement plutôt militaire que civile, à manches courtes, assez amples, garni d'un capuchon, et dont la jupe, fendue par devant, par derrière et latéralement, à la hauteur de l'entre-cuisse, descendait aux genoux.

Houppelande, n.f. - houppelande d'homme, houpplande de femme

Vêtement ample surtout ouvert par devant, possédant des manches très larges et habituellement décoré de broderie, de passementeries, doublé de fourrures et accompagné d'un chaperon. Il apparut vers 1350 et changea beaucoup par la suite.

Huve, n.f.

Ornement de tête pour les dames, vers a seconde moitié du 14e siècle, constitué d'une cornette élégante que le femmes de moyenne conditions portaient en ville. La huve précéda les cornes, les escoffions, les hennies et persista même après ces étranges coiffures.

Jarretière, n.f.

Utilisée pour tenir les bas-de-chausses et hauts-de-chausses, souvent en soie et serrée au dessus du genou, croisée sous le jarret et attachée au-dessus du genou.

Journade, n.f. (jornade)

Casaque sans ceinture du 15e siècle portée par les hommes de tout rang, souvent utilisé pour la chevauchée et par les héraults.

Lacet, n.m. (lacs, lasnières, couttouère)

Cordon de fil ou de soie destiné à retenir certaines parties de vêtements en passant dans des oeillets ou en s'attachant à des boutons au moyen d'une boucle.

Manteau, n.m. (mantel, mantelet, )

Vêtement ayant tenue une des places les plus importantes dans l'habillement tout au long du moyen-âge. Il varia selon les siècles.

Orfrois, n.m.

Passementeries, franges et broderies d'or employées pour broder les vêtements.

Peliçon, n.m. (pelichon, pelyson, pelisson, pelice) - peliçon du 12e siècle, peliçon du 15e siècle

Robe de dessus originellement faite de peau conservant le poils et servant à protéger du froid. Parfois court, doublé d'hermine, il est porté sans ceinture. Il est très utilisé du 12e au 15e siècle par les hommes et les femmes et change considérablement.

Pourpoint, n. m. (pourpoinct)

Vêtement d'homme, ajusté, couvant le haut du corps, du cou à la ceinture, lassé par devant ou par derrière. Au 15e siècle, le pourpoint remplacera le corset et la cotte.

http://pages.infinit.net/folken/medieval/tableaulexique.htm


Dernière édition par Eliwen le Lun 25 Avr - 18:58:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.everyoneweb.com/Devaya/
Eïlém
Nymphe
Nymphe


Féminin
Nombre de messages : 2435
Age : 23
Date d'inscription : 24/02/2009

MessageSujet: Re: lexique du vetement   Ven 11 Fév - 22:56:19

Il ya des mots d'éthymologie ancienne non ?

Je n'ai pas tout lu, car je n'ai guère trop de temps mais j'y prêterai attention quand j'en aurai le temps, car ca m'intéresse !
Beau sujet, c'est original et nstructif en même temps, Smile
Revenir en haut Aller en bas
 
lexique du vetement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» lexique du vetement
» Lexique des différentes pates à génoise et à biscuit
» LEXIQUE
» [LEXIQUE] Android
» Aide vetement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~~*La Cascade Enchantée*~~ :: ~~*Autres Temps*~~ :: Au Château-
Sauter vers: