elfes fée celte médiéval nature fantastique fantaisy art tolkien robin des bois arthur merlin mélusine jeux de rôle costumes game of trone vampire sorciere licorne dragon magie bien etre ecologie légendes cheval antiquité histoire dessin livres films
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ceinture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Doune
Gardienne de la Cascade
Gardienne de la Cascade


Féminin
Nombre de messages : 3312
Age : 28
Demeure : Citée ardente
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: ceinture   Lun 3 Jan - 18:08:58

Qu’est ce que c’est?

Etymologie:Du verbe ceindre.
Définitions :Une ceinture est une lanière de cuir ou de matière textile permettant de maintenir le pantalon au niveau des hanches. La ceinture est aussi utilisée comme accessoire de mode pour apporter une touche originale à votre costume.

A l'une des extrémités, on trouve une boucle permettant de fermer la ceinture.
A l'autre extrémité, la lanière présente généralement des trous où la boucle s'accroche.

La lanière doit avoir une largeur adaptée à la boucle. La majorité des ceintures pour les hommes ont une largeur de 3 à 3,5 cm.

Originellement une bande d'étoffe enroulée autour de la taille et servant à retenir la tunique, la ceinture est portée au 12e siècle par les gens du peuple. Au 13e siècle, la ceinture devint une marque honorable, souvent orné de morceaux d'orfèvrerie. La ceinture pouvait alors être en cuir souple, avec des morceaux de métal ou de tissus.

il existe différents types de ceintures :


Il y a deux catégories bien distinctes dans les ceintures: la militaire et la civile.
Mais sous la formes,,,

la ceinture montée, bande d'étoffe double fixée à la taille d'un pantalon ou d'une jupe, sert à cacher les fronces et les pinces tout en les maintenant en place.

La ceinture incrustée, quant à elle purement décorative, permet de réunir le haut et le bas d'un vêtement et n'a aucune fonction de maintien.

Le ceinturon est une large ceinture en cuir. Il est généralement porté par les hommes, notamment par les militaires.

Une martingale est une demi-ceinture formée d'un ensemble de deux pattes retenues dans les coutures latérales du vêtement et qui se boutonnent l'une sur l'autre au milieu du dos ou s'ajustent au moyen d'une
boucle.

La ceinture corselet est une large ceinture s'élargissant jusqu'au diaphragme en épousant les formes du corps.




D'où vient-elle?


Portée depuis l'Antiquité, la ceinture a toujours été chargée d'un certain sens érotique.
Longtemps, le mari a accompli le soir des noces le geste symbolique de dénouer la ceinture de son épouse. La ceinture marque la séparation entre le haut et le bas du corps - entre le pur et l'impur. C'est dans cette dichotomie que l'expression "au-dessous de la ceinture" trouve son origine.
Au départ, le "dessous de la ceinture" désignait aussi la mendicité, par allusion à l'aumônière où l'on rangeait les pièces de monnaie, laquelle se portait à la ceinture et pendait au-dessous. Les expressions courantes "faire ceinture", "se serrer la ceinture" rappellent la fonction d'ajustement à la taille de celle-ci.

La ceinture est une bande d'étoffe, de cuir ou de métal portée afin de maintenir un vêtement autour de la taille. Elle est alors utilitaire. Elle sert également de simple élément d'ornementation. La ceinture peut être pourvue d'un système de fermeture, nouée ou incrustée dans le vêtement. Le sens actuel du mot "ceinture" est assez éloigné de son sens d'origine : il désignait autrefois une longue bourse que l'on ceignait autour des reins. Ornée comme un joyau, notamment à l'époque mérovingienne, la ceinture se réduisit au début du 14 ème siècle à une simple lanière d'étoffe ou à une cordelette nouée sur les hanches.

Les ceintures sont des accessoires indispensables au vêtement médiéval qui ne comporte presque aucune poche. Aussi la ceinture permet-elle de suspendre les clefs, les petits sacs, les armes ou certains outils. Les plus belles ceintures peuvent être échangées entre amoureux comme gage.



Ses matière?


En cuir; teint, marteler, graver, ou encore pyrograver,
En fibres textile; corde, étoffes broder, foulard, ...
En métal; pièces orfèvrerie articulées, ...



Sa façon de se porter?
Comment porter la ceinture médiévale ?

La ceinture au Moyen-Âge est généralement portée très longue. Après l'avoir normalement attachée, vous pouvez :
la laisser simplement tomber devant vous :

repasser la sangle par dessous puis par dessus

repasser la sangle par dessous puis la faire retomber dans la boucle ainsi formée

elles peuvent également être courtes, comme des ceintures "modernes" :
Croisée 2 fois
Son évolution?

La ceinture civile

Les normands, qui portaient des braies dès cette époque, les maintenaient au- dessus des hanches, à l'aide d'une courroie mince qui passait par des trous pratiqué au bord supérieur du vêtement; puis une ceinture d'étoffe cachait la jonction du braiel avec le justaucorps qui passait sous ces braies. Au 12 ième siècle encore, les hommes nobles, dans la vie civile, ne portaient pas habituellement de ceinture; les courroies entourant la taille n'étaient adoptées que par les gens du peuple, afin de maintenir la tunique courte. La ceinture faisait cependant partie du vêtement des hommes pendant la période mérovingienne; elle serrait la robe au- dessus des anches, et ces ceintures étaient enrichies de boucles, de plaques et de bouts de métal. D'ailleurs, la ceinture civil, à cette époque, se distingue de la ceinture militaire. Cette dernière est habituellement garnie de boucles et plaques de fer damasquinée, très larges, tandis que la ceinture civile est munie de boucles de métal d'alliage, de bronze, d'argent ou même d'or, assez étroite.
L'influence des vêtements byzantins fut telle sur les modes françaises, pendant la première moitié du 12 ieme siècle, que les ceintures ne firent plus partie du vêtement civil des hommes nobles. Elle furent au contraire de mise pour les vêtements des femmes et d'une extrême richesse. Cette ceinture, posée sur le ventre, à la hauteur des hanches, était croisée par derrière, retombait à la jonction du corsage du bliaut avec la jupe. Là elle était nouée lâche et laissait pendre deux longs bouts de soie tressée. Couverte d'une passementerie ornée d'orfèvrerie, la ceinture devenait souple au point où le nœud devait être fait. Ces bout étaient composés de ganses de soie tressée ou juxtaposées, serrées de distance par des bagues d'orfèvrerie. Quand on observe comme était fait le bliaut, comme la jupe de vêtement était retenue au corsage, cette ceinture devenait nécessaire pour dissimuler la jonction de ces deux parties de l'habit. Quelquefois elle ne consistait qu'en une longue bande d'étoffe très riche, comme une sorte d'écharpe étroite.
À la fin du 12ieme siècle, le vêtement civil des hommes se modifia complètement: plus de robes longues à manches démesurément larges; plus de ces passementerie entremêlées de pierreries. La tunique ne descend que jusqu'aux chevilles, elle est à manches étroites; le bliaut la recouvre parfois, et une ceinture étroite ceint habituellement la taille. Il en est de même pour les femmes, si ce n'est que la robe descend sur les pieds.
Pendant le cours du 13 ieme et 14 ieme siècles, les ceintures des vêtements d'hommes sont étroites et souvent garnies de plaques d'orfèvreries, de bouts de métal finnement travaillés.
Vers l'année 1320, les femmes ne portaient de ceintures que comme ornement d'étoffe ou d'orfèvrerie, mais non pour serrer la taille. Ces ceintures amples, lâches, etaient posées à la hauteur des hanches, comme le serait une écharpe tordue. Il était de mode alors, chez les dames qui prétendaient être bien mises, de faire saillir le ventre, et la ceinture tombait au dessous du nombril. Cette mode persista avec quelques variantes jusque vers 1350; mais elle n'était point absolue, et souvent les femmes alors ne portaient pas de ceinture.
Le port de la ceinture était, pour les femmes, une marque honorable, et pendant les 14 ieme et 15 ieme siècles plusieurs édits royaux défendirent aux femmes de mauvaise vie d'en porter, sous peine de la prison et de la confiscation de la parure. Dans les comptes de la prévôté de Paris, il est souvent question de ces rigueurs exercées contre les prostituées. A la date de 1459, on y lit, à l'article Forfaitures : < Le surcot des femmes persista jusqu'à la fin du 16 ieme siècle, et, avec ce surcot, la ceinture basse sur les hanches. Il fut même admit dans les toilettes d'apparat, jusqu'à la fin du règne de Charles 6, avec quelques variantes dans la forme. Mais cette époque, de longues qu'elles étaient, les tailles des femmes deviennent très courtes et sont serrées par de larges ceintures d'or, de passementerie ou d'orfèvrerie. C'est à ces ceintures que les femmes suspendaient des petits objets, patenôtres, boursettes, miroirs, clefs, etc.
Il est souvent question, dans les contes et fabliaux, de ceintures auxquelles sont suspendus des escarcelles, des écritoires, des couteaux, des clefs. Aussi quand on faisait cession pour dettes, on se dépouillait de sa ceinture devant le juges; c'était ce dépouiller du droit de propriété.
Les bourgeoise rivalisaient autant que faire se pouvait, avec les dames nobles, en fait de toilette et de joyaux. Ce luxe,malgré les édits somptuaires, compromettait toutes les fortunes, et les poetes des 14 et 15 ieme siecles ne cessent, dans leurs vers, de critiquer amèrement ces tendances de la classe bourgeoise.
Parmis les bourgeois, occupés de leur négoce et de leurs affaires, la ceinture était une véritable trousse à laquelle pendaient couteaux, escarselle, écritoire, ustensiles de métier. On portait en voyage des ceintures de cuir qui pouvaient contenir de l'argent.
Le gout des ceintures d'orfèvrerie passa de mode, chez les hommes, pour les habits civils, vers 1425, et reprit à la fin du 15 eme siecle. Pendant cette période, les hommes ne portaient que des cordons de soie ou d'or pour serrer les robes à la taille. Les femmes cessèrent également de porter les larges ceintures, vers 1440, et ne commencèrent à reprendre ces joyaux que vers les dernières années du 15 ieme siècle. A cette époque, les écuyers tranchant des grandes maisons, les maitres d'hotel, portaient des ceintures munies de trousses, de couteaux. Ces ceintures étaient décorées d'applications de métal, ne serraient pas la taille, mais tombaient du coté gauche, n'étant retenue au dessus des anches que par un anneau pris dans une agrafe.


La ceinture militaire


Il s'agit, ici, non du baudrier, mais de la ceinture militaire, noble, que les chevaliers seuls avaient le droit de porter et qui n'est adoptée que vers 1340. On portait même cette ceinture comme marque distinctive avec l'habillement civil, mais sa véritable place est sur le harnais militaire. Elle fut attachée d'abord à la cotte courte et rembourrée ( corset d'armes) vers la hauteur des hanches; puis, quand à la jupe du corset d'armes on substitua les braconnières, la ceinture fut fixé à la dernière lame de cette partie des plates couvrant les anches.

Le luxe de ces ceintures militaires devint bientot exessif, et il en était, appartenant à de tres nobles personnages, qui valaient un domaine. A cette époque, c'est à dire de 1350 à 1395, en France, en Italie et en Angleterre, le vêtement militaire était, à peu de détails près, identique; cependant la ceinture noble parait avoir été adoptée en Angleterre avant l'époque oú nous la voyons posée sur l'armure française; car la statue de sire Roger de Bois, mort en 1300, montre déja la ceinture militaire sur la cotte juste treillissée.
Une des plus remarquables, parmi ces ceintures nobles, est figurée sur une statue déposée dans un passage communiquant de l'église saint antoine de ^padoue au cloitre, et qui représente Sévère de lavellongo, mort en 1373. Sur la cotte de peau armoyée est posé, à la hauteur des hanches, ce joyaux d'une grande richesse et muni d'un fermoir représentant une porte de ville. L'épée est attachée a cette ceinture par un crochet. La ceinture se compose de parties d'orphevrerie, carrées, façonnées en tables biseautées, réunies par des charnières. Le bas de la cote, est en outre, décoré d'ornements orfèvrerie représentant des feuilles de chélidoine. Une chaine retient la poignée de l'épée. Cette admirable statue, sur laquelle nous avons l'occasion de revenir, présente l'armure admise en France à cette époque, à quelques accessoires prés qui appartiennent à l'Italie septentrionale. La ceinture militaire est déjà posée sur les braconnières de l'armure française, qui apparaissent dès 1350. Elle est tres volumineuse sur la cotte juste de l'armure des derniers temps du règne de Charles 5, et fort riche, attachée sur cette cotte à la hauteur des hanches. Il en est encore fait mention en 1400; mais à dater de cette époque, on ne la trouve plus sur les monuments français, tandis qu'elle persiste en Angleterre jusque vers 1420.
L'épée y est attachée ainsi que la dague; mais il arrive aussi qu'avec la ceinture militaire, une courroie suspend l'épée de taille à la hanche gauche. Cette courroie, dés lors, passe sur la ceinture orfèvrerie; toutefois cet usage parait avoir été adopté plus habituellement en Angleterre qu'en France.

Sources?

http://www.lamodefrancaise.org/docs/la-ceinture.pdf
http://www.revesdacier.com/boutique/faq.php
http://fr.wiktionary.org/wiki/ceinture

Encyclopédie Médiévale de Viollet-Le-Duc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.everyoneweb.com/Devaya/
Eldarissa
Gardienne de la Cascade
Gardienne de la Cascade


Féminin
Nombre de messages : 1661
Age : 37
Demeure : Je vis aussi sur les portes d'Eliandre et sur le Royaume des Chimères
Date d'inscription : 04/02/2010

MessageSujet: Re: ceinture   Lun 3 Jan - 19:35:26

Merci pour ce partage Eli, ça c'est un tuto bien détaillé!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://lesportesdeliandre.forumactif.org/forum
 
ceinture
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ceinture pour figurine ?
» Ceinture WCW & accessoires WWF.
» Acrocher ma ceinture Poids Lourds sur le mur...
» Clou ? Paillette de ceinture ?
» Crise economique : les tps sont durs il faut se serrer la ceinture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~~*La Cascade Enchantée*~~ :: ~~*Autres Temps*~~ :: Au Château-
Sauter vers: