elfes fée celte médiéval nature fantastique fantaisy art tolkien robin des bois arthur merlin mélusine jeux de rôle costumes game of trone vampire sorciere licorne dragon magie bien etre ecologie légendes cheval antiquité histoire dessin livres films
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Armes et armures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Eleneithel
Lutin Bavard
Lutin Bavard


Masculin
Nombre de messages : 48
Age : 28
Demeure : Irinyarmen, Halles du clan Lleldoryn
Date d'inscription : 07/06/2013

MessageSujet: Re: Armes et armures   Lun 17 Juin - 0:00:27

Oui et non, c'est un développement complexe. Tout d'abord, il ne faut pas oublier que, s'il existe des normes militaires, l'homme d'armes du Moyen âge était libre de personnaliser son équipement dans une certaine mesure, selon ses préférences.

Du début du Moyen âge jusqu'à la moitié du XIVe siècle, les chevaliers et les hommes d'armes aisés revêtent un harnois de mailles composé d'un gambison, d'un haubert de mailles (avec coiffe et gants de mailles intégrés ou non selon la période ; couvrant le corps du poignet au genou), d'un casque, et de chausses de mailles. C'est à peu près l'armure standard des combattants aisés. Vers la fin du XIIe siècle, les chevaliers ajoutent à cet équipement une cotte de plates (coat of plates), à savoir une cuirasse constituée de plusieurs plates distinctes assemblées à une armature en cuir ou en textile. Pourquoi? Probablement parce que le chevalier monté chargeant avec une lance de cavalerie était capable de percer un haubert de mailles rivetées tant l'impact est puissant. Aussi, fut-il nécessaire d'y adjoindre cette cotte de plates. Sachant qu'elle couvrait habituellement le torse (et rarement l'entièreté du buste, bien que c'était possible), il est difficile d'y voir une véritable cuirasse destinée à mieux protéger le chevalier dans un combat au corps à corps à pieds.

Au cours du XIIIe siècle, il est attesté que des chevaliers adjoignent à leur équipement des poleyns (protège-genoux), voire même des schynbalds (des demi-grèves) pour renforcer leur armure ; une évolution qui semble varier selon les régions. L'harnois des chevaliers du XIIIe siècle préfigure l'évolution à venir, mais la maille demeure le standard de l'époque. Et à raison, puisqu'il s'agit d'une protection souple, flexible, et remarquablement efficace (une fois couplée avec un gambison) pour détourner la plupart des flèches et des coups d'épée, de lance, etc. Avec les évolutions technologiques du XIVe siècle, apparaissent les premières armures en plates, lesquelles consistent d'un gambison raccourci, d'un haubergeon de mailles (couvrant le corps du coude à la cuisse), d'une pansière, de protections de plates aux bras et aux jambes, et d'un bascinet. La plate prend le pas sur la maille, mais l'haubergeon est toujours nécessaire parce que les protections en plates ne couvrent pas encore entièrement le corps. Ce premier style d'harnois en plates est connu comme le style "Churburg". Il sera succédé par un autre style (Hourglass, je crois?) avec lequel il cohabitera un temps avant de s'effacer.

Au début du XVe siècle, l'armure en plates recouvre à peu près l'entièreté du corps, mais l'on verra véritablement son apogée dans la seconde moitié du XVe siècle avec l'émergence du style gothique originaire d'Allemagne et du style milanais. Une émergence permise par l'évolution de la métallurgie et du raffinement des techniques. Avec un harnois (complet) en plates gothique ou milanais, il n'y avait plus besoin de porter un haubergeon. L'armure recouvrait bien le corps et elle était solide, porter un haubergeon revenait à s'encombrer inutilement. Pour protéger les articulations que l'armure ne pouvait pas couvrir, l'on fixait de la maille au gambison qu'aux endroits laissés à nu. Certains continuaient certainement à porter un haubergeon, mais ce n'était plus nécessaire avec un harnois complet. Comment et quand s'est opérée ce passage de l'haubergeon au gambison doublé de mailles, je ne le sais pas personnellement. Toutefois, au cours de la première moitié du XVe siècle, il y a eu un progrès considérable au niveau de la trempe et de la chauffe de l'acier qui permit de concevoir des armures si résistantes qu'une flèche bodkin tirée avec un arc de guerre anglais (le warbow, soit un arc d'une puissance de 150 livres à peu près) à bout portant (20 mètres et moins) ne parvenait plus à blesser un chevalier revêtu d'une armure en plates.

C'est ainsi qu'à la bataille de Verneuil en 1424, les archers anglais furent vaincus par des cavaliers mercenaires italiens revêtus d'armures forgées selon ce nouveau procédé (mais le duc anglais John de Bedford parvint à remporter la bataille avec ses chevaliers démontés). Je suppose qu'avec la diffusion de ces armures, il n'était plus nécessaire pour les chevaliers de porter un haubergeon, mais ce phénomène fut peut-être antérieur à 1424. Une chose qui est peut-être souvent oubliée, c'est que la métallurgie connue une évolution assez importante tout au long du Moyen âge. Sans ces nouvelles avancées occidentales, il aurait été impossible à un chevalier de pouvoir revêtir une armure en plates ou de manier une lame à deux mains comme l'épée de guerre /épée longue (mieux connue comme épée bâtarde ou épée à une main et demie). L'on pourrait rétorquer que Rome, au Ier siècle PCN, connaissait déjà une forme d'armure en plates, la lorica segmentata. C'est tout à fait vrai, mais, en raisons des contraintes techniques de l'époque, cet assemblage de plates était très complexe à fabriquer et entretenir, au point que la cotte de mailles celtique (lorica hamata) lui sera préférée au cours des siècles suivants.

Quant à la cuirasse greco-romaine, elle possédait manifestement suffisamment de défauts pour ne pas être utilisée en nombre par l'Empire romain et elle tenait davantage de l'armure de prestige et de luxe que d'une véritable armure de bataille. (Je ne saurais malheureusement en dire davantage sur cette dernière)

PS: Eliwen, je crois que les illustrations que tu as postées contiennent diverses erreurs par-ci, par-là. Désolé, je crois que mes lectures sur My Armoury déteignent sur moi...^^

PPS: Désolé pour mon enthousiasme un peu trop débordant. Avec le recul, j'ai l'impression de faire "universitaire prétentieux déballant ses connaissances" et ce n'est pas la première impression que je souhaiterais laisser de moi. Parce que je rêve beaucoup de me créer un alter ego médiéval et de me lancer dans la reconstitution, je lis beaucoup au sujet de l'armement médiéval ces derniers temps et j'étais ravi de faire partager mes découvertes récentes... Toutes mes excuses, donc, pour ce débordement alors que je viens à peine de joindre votre petite communauté.
Revenir en haut Aller en bas
Grigan
Chevalier
Chevalier


Masculin
Nombre de messages : 218
Age : 30
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Armes et armures   Lun 17 Juin - 20:23:18

Eleneithel a écrit:

PPS: Désolé pour mon enthousiasme un peu trop débordant. Avec le recul, j'ai l'impression de faire "universitaire prétentieux déballant ses connaissances" et ce n'est pas la première impression que je souhaiterais laisser de moi. Parce que je rêve beaucoup de me créer un alter ego médiéval et de me lancer dans la reconstitution, je lis beaucoup au sujet de l'armement médiéval ces derniers temps et j'étais ravi de faire partager mes découvertes récentes... Toutes mes excuses, donc, pour ce débordement alors que je viens à peine de joindre votre petite communauté.

desolé de ne pas me montré docile quant a moi, je fait de la reconstitution med et la plate et la maille n'ont pas la même utilité. et meme un grand harnois laisse les articulations vulnérable, d'ou l'utilité de la maille.
Revenir en haut Aller en bas
http://mercenaires.forumh.net/
Eleneithel
Lutin Bavard
Lutin Bavard


Masculin
Nombre de messages : 48
Age : 28
Demeure : Irinyarmen, Halles du clan Lleldoryn
Date d'inscription : 07/06/2013

MessageSujet: Re: Armes et armures   Lun 17 Juin - 23:40:44

Nulle excuse à présenter, tout un chacun a le droit d'avoir sa propre opinion et de la défendre. Par ailleurs, je me suis peut-être mal expliqué  à ce sujet. (Il faut reconnaître que synthétiser l'évolution de l'armure est un exercice délicat, tant il y a de choses à dire sur l'évolution de l'armure médiévale.) Aussi, cher Grigan, je te présente mes excuses pour mon intervention maladroite, bien qu'animée de bonne volonté.

Pour clarifier mes explications, la maille et la plate coexistèrent effectivement tout au long des XIVe et XVe siècles: la maille demeurait une protection efficace, mais la plate devenait de plus en plus populaire parmi les hommes d'armes. Au cours du XVe siècle, beaucoup de soldats (et pas seulement les chevaliers) portaient des armures en plates, soit partielles, soit complètes. Pour les harnois partiels, l'haubergeon demeurait d'usage, et ce d'autant plus que l'homme médiéval tend à recycler le matériel. (Après tout, pourquoi jeter un haubert de mailles démodé porté par les générations précédentes alors qu'il peut être réutilisé tel quel ou recyclé?) Je suis donc parfaitement d'accord avec ton point de vue sur l'utilité de la maille. D'autant que, malgré l'efficacité de l'armure de plates, un combattant peut lui préférer la maille parce que c'est une armure très souple, très flexible.

Ce que j'essayais d'expliquer c'est que (en règle générale), pour un chevalier suivant la mode et s'évertuant à s'offrir l'équipement dernier cri s'il en a les moyens, l'haubergeon de mailles n'est plus vraiment un incontournable de l'armure. Un harnois gothique ou milanais complet offre une excellente protection et recouvre bien le corps. Aussi plutôt que de s'alourdir encore davantage avec un haubergeon plus vraiment nécessaire (il porte un harnois pesant entre 20 et 30 kg), il préfère incorporer des pièces de mailles à son doublet armant pour recouvrir les articulations plus vulnérables. Voilà pour ma tentative de mieux expliquer mes propos.

Je te concède que mon style écrit n'est pas toujours des plus clairs, aussi j'espère que tu comprendras mieux l'idée que je tente de faire passer. Après, je n'ai aucune réelle connaissance pratique de l'armure médiévale (je demeure essentiellement un théoricien malheureusement), pas davantage que je n'ai la science infuse. Je peux donc me tromper et je serai ravi que tu me corriges si nécessaire et que tu nous fasses profiter de ton expérience sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Grigan
Chevalier
Chevalier


Masculin
Nombre de messages : 218
Age : 30
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Armes et armures   Mar 18 Juin - 0:15:01

chaque couche a son utilité en fait, même sur une maximilienne. le gambison amorti les chocs, la maille protège des dégâts tranchants et la plate des perforants.

mais il y a autant de types d'armure qu'il y a (eu) de chevalier pour les porter.
Revenir en haut Aller en bas
http://mercenaires.forumh.net/
Fëfalas
Génie
Génie


Féminin
Nombre de messages : 1247
Age : 23
Demeure : Hautmont de la vallée de la Stella Sanguis Immortalis
Date d'inscription : 25/09/2012

MessageSujet: Re: Armes et armures   Jeu 20 Juin - 10:04:33

C'est vraiment intéressant tout çà ! On s'endort moins bête le soir comme çà ^^
 
Non, vraiment je viens d'apprendre beaucoup de chose sur les armures. Merci pour ce partage Wink



Truc qui n'a rien à voir : Oh, je suis une dragonne fée !
Revenir en haut Aller en bas
http://les-derniers-anciens.skyrock.com/
Eleneithel
Lutin Bavard
Lutin Bavard


Masculin
Nombre de messages : 48
Age : 28
Demeure : Irinyarmen, Halles du clan Lleldoryn
Date d'inscription : 07/06/2013

MessageSujet: Re: Armes et armures   Ven 21 Juin - 13:25:53

Honnêtement, c'est un plaisir de partager et d'aider à briser les stéréotypes médiévaux. A cause de préjugés, de méconnaissance, et du cinéma, les gens imaginent souvent que les chevaliers occidentaux étaient de grosses brutes en armures qui combattaient comme des barbares avec des épées lourdes (laquelle vision est souvent confrontée au stéréotype du samuraï raffiné combattant avec grâce et techniques).

Pure théorie de ma part, je suppose que ces stéréotypes sont partiellement dus à la rupture qu'il y eut dans la transmission des arts martiaux médiévaux en Occident, au contraire de la Chine et du Japon où il y eut une transmission à peu près continue. Ce qui fait que depuis quelques décades seulement, les reconstituteurs redécouvrent ces techniques par le biais de manuels de combat médiévaux (remontant pour la plupart aux XVe et XVIe siècles). Et ces manuels n'étaient pas forcément conçus pour apprendre ces techniques, ils étaient plus un aide-mémoire, un outil didactique. En gros, le reconstituteur part d'une illustration, d'un bref texte décrivant la technique (parfois, c'est juste le nom de la technique), et il doit se débrouiller pour interpréter tout cela pour redécouvrir les gestes d'une technique donnée, sachant que plusieurs interprétations peuvent être possibles. En quelques sortes, c'est un véritable travail d'essais et d'erreurs avant de parvenir à une interprétation qui semble correcte et fonctionnelle qui sera transmise par un maître d'armes d'aujourd'hui à ses élèves.

Puisqu'on a mentionné précédemment l'aïkido, le judo, et le jujutsu, les passionnés d'histoire parmi vous sauront probablement qu'ils sont des descendants modernes des techniques de taijutsu (combat à mains nues)  que les samuraïs employaient au combat. Si tous les trois ont des racines communes, ils ont néanmoins développés des approches différentes sous l'impulsion de leurs fondateurs /maîtres respectifs. Pour mieux illustrer les différentes, je vous propose ces trois vidéos:

- Aïkido

- Judo

- Jujutsu

Vous remarquerez que, au niveau des techniques, le judo et le jujutsu sont relativement similaires (à ceci près que le deuxième emploie également les techniques de frappe) alors que l'aïkido est pour le moins différent, sinon unique. Cela tient essentiellement aux conceptions de son fondateur, Morihei Ueshiba, mais je ne vais pas m'attarder dessus pour le moment.

Les techniques médiévales de lutte occidentale présentent une certaine similarité avec leurs consoeurs japonaises (je ne saurais pas le dire pour les autres arts martiaux asiatiques ou orientaux, je ne les connais pas), c'est probablement lié à des principes physiques /anatomiques incontournables pour ces arts martiaux qui recourent beaucoup aux techniques de balayages, clés, et projections qui sont les plus adaptées pour lutter contre un adversaire armé /en armure. (Les techniques de frappe devaient être utilisées, mais je pense qu'elles servaient à créer une ouverture ou éventuellement à achever l'adversaire). Pour les illustrer, je vous propose cette vidéo, mais l'on peut en trouver de nombreuses autres sur You Tube (celle-ci me paraissait bien faite):

- Lutte médiévale

En regardant ces quelques vidéos, vous pouvez constater que l'emphase sur l'utilisation de la force d'autrui, des forces physiques, et de la souplesse est pour le moins commune à ces arts martiaux, tant occidentaux qu'asiatique. A ce sujet, j'ai une autre théorie et je pense que ces traits sont essentiellement coutumiers des techniques de combat employées sur les champs de bataille (plus particulièrement à une époque où le port de l'armure était répandu). L'on voit ainsi que des arts martiaux d'origine civile comme la boxe, la capoeira, le karate, ou encore la savate mettent l'accent, non sur les techniques de clés ou de projections, mais bien de frappes. Pourquoi cette différence? Essentiellement parce que des frappes portées sur un adversaire en armure ont des chances d'être inefficaces (la protection absorbant le choc) ou, pire, sont susceptibles de provoquer des blessures sur votre propre personne (fracture de la main par exemple). Ceci dit, même sans armure, le risque de fracture est toujours réel (il suffit d'un coup de poing mal donné ou porté contre une surface osseuse), c'est parce qu'ils portent des gants rembourrés que les boxeurs peuvent se permettre de frapper à pleine force. (C'est pour cela que certains arts martiaux comportent des frappes portées avec la paume ou le tranchant de la main ou encore en "marteau".)

Voili, voilou. S'il y a des intéressés (je pense à Fëfalas, mais aux autres personnes également), je peux tenter une présentation de l'escrime médiévale avec un essai de comparaison avec le kenjutsu pour illustrer certaines différences.

PS: Grigan, comme précédemment, n'hésite pas à me corriger ou à me clarifier si tu l'estimes utile.

PPS: Fëfalas, c'est pratique d'être une dragonne fée, tu portes ton armure d'écailles en toutes circonstances et sans le remarquer! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Grigan
Chevalier
Chevalier


Masculin
Nombre de messages : 218
Age : 30
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Armes et armures   Sam 22 Juin - 15:40:14

excellent article. et la savate descend justement de l’art du combat à mains nues européen médiéval.
Revenir en haut Aller en bas
http://mercenaires.forumh.net/
bernard othon de niort
Guerrier
Guerrier


Masculin
Nombre de messages : 117
Age : 57
Demeure : chez moi dans le 66 de la france
Date d'inscription : 29/08/2013

MessageSujet: Re: Armes et armures   Dim 1 Sep - 23:56:14

pour le destrier , c'etais souvent des mérens
pour les armures , la , le sujet est vague . le moyen age a durer 1000 ans ( du Vé au XVé ) .
point d'armures au Vé , elle est apparue fin XIIIé
Revenir en haut Aller en bas
http://eretic.xooit.fr/index.php
bernard othon de niort
Guerrier
Guerrier


Masculin
Nombre de messages : 117
Age : 57
Demeure : chez moi dans le 66 de la france
Date d'inscription : 29/08/2013

MessageSujet: Re: Armes et armures   Lun 2 Sep - 9:22:51

pour ce qui est des bossus par armure , la je me marre . tous n'en avaient pas , c'etais reserver au riches . de plus , ils ne vivaient pas la dedans toute leur vie , mais que pour les batailles . autre detail , comment etre bossu dans de la tole qui tien le corps ?
l'equipement lourd du Vé au XIIIé était surement plus lourd : gambison de la téte au pied ( multiplier le poids par 2 ou 3 en cas de pluie ) cote de maille ( téte au pied ) casque , armes , bouclier , on arrive vite fait a 60 ou 70 kgs .
pour les chevaux , voir le seaux templier du XIIIé siecle , ils sont 2 sur un cheval
Revenir en haut Aller en bas
http://eretic.xooit.fr/index.php
bernard othon de niort
Guerrier
Guerrier


Masculin
Nombre de messages : 117
Age : 57
Demeure : chez moi dans le 66 de la france
Date d'inscription : 29/08/2013

MessageSujet: Re: Armes et armures   Ven 6 Sep - 8:53:35

donc , regardez KAAMELOTT comme il doit etre regarder . le roi Arthur c'est IXé ( il me semble ) et l'armure de plate fin XIII , et XIV . chanteur1 
Revenir en haut Aller en bas
http://eretic.xooit.fr/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Armes et armures   Aujourd'hui à 10:37:11

Revenir en haut Aller en bas
 
Armes et armures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les armes et armures d'Erza
» MUSEE DES ARMES ET ARMURES
» Valhalla Knights (PSP)
» Armes et armures
» [WH40K] LES ARMURES SPACE MARINES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~~*La Cascade Enchantée*~~ :: ~~*Autres Temps*~~ :: Au Château-
Sauter vers: